« Madame Gbagbo, i dansé ! Maman, initché ! « 


C’est là le cri de joie entendu des populations du Worodougou, adressé à Madame Gbagbo de son entrée dans la ville de Séguéla le soir du 25 août jusqu’à son départ le 27 suivant.

L’image contient peut-être : 8 personnes, personnes souriantes, personnes debout

En effet, c’est par des danses, des chansons populaires, des mouvements hystériques, des cortèges de motos, des dons que les Worodouka ont tenu à exprimer leur bonheur de recevoir Madame Simone Gbagbo reconnue déjà par eux comme « ambassadrice de la paix » comme le dira Soumahoro Lacina, le porte-parole du village de Forona.

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes debout et plein air
L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes qui dansent, personnes debout, personnes sur scène et plein air

C’est par ces manifestations que les populations du Worodougou, ont voulu surmonter les intimidations, les corruptions de conscience et toutes formes de violences exercées sur elles par certaines personnalités du Rdr et du Rhdp qui les ont prises en otage depuis plusieurs années. A l’annonce de l’arrivée de Madame Gbagbo à Séguéla, Amadou Soumahoro, l’actuel président de l’Assemblée nationale a trouvé nécessaire de la devancer sur le terrain pour demander aux populations de ne point écouter d’autres voix que celle du président Ouattara, une sorte de consigne de ne pas recevoir l’épouse du président Laurent Gbagbo.

L’image contient peut-être : une personne ou plus

Mais la famille fondatrice de Séguéla, les Binaté, a été la première à outrepasser cette consigne pour recevoir Madame dans sa case mythique. C’est dans cette case, la première à être à l’origine de la ville,  » case dans laquelle, dit-on, on ne reçoit pas n’importe qui », que Madame Gbagbo a reçu ses premières bénédictions, premier acte hautement symbolique qui a percé le mur de la haine.


Cela n’est pas surprenant pour qui connaît l’histoire de cette famille dont une de ses membres, Madingbé Binaté, a été exécutée sur la place publique en 1950 par les colons pour s’être dressée contre leurs visées impérialistes.

L’image contient peut-être : 1 personne, debout

Le second acte viendra du député actuel, ancien directeur général de la Lonaci, Fofana Issiaka, du Raci mouvement proche de Guillaume Soro. C’est ce dernier qui offrira sa splendide résidence à deux niveaux pour que Mme Gbagbo y séjourne. Acte républicain qui a été hautement salué.

Le troisième acte viendra des militants du Pdci-Rda qui se sont mobilisés sous la conduite de M. Bakayoko , leur coordonnateur régional pour être aux côtés de Madame Gbagbo au cours de son périple dans le Worodougou. Ces militants à Kani, se retrouveront dans la ferveur avec leur hôte de marque au domicile de l’ancienne député Makani Bakayoko qui, émue de ce déplacement jusqu’à elle, dira comme pour prophétiser, que le Président Laurent Gbagbo  » parti chez les Blancs sain, reviendra chez lui sauf ». Elle exprimait ainsi sa reconnaissance au président Gbagbo grâce à qui, l’ancienne sous-préfecture de Kani a été érigée en département.

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes debout
L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes souriantes, personnes debout, barbe et texte


Enfin, le dernier acte viendra des autorités préfectorales qui se sont mobilisées pour non seulement accueillir la Première Dame Simone Ehivet Gbagbo. Quant aux forces de l’ordre, la police et la gendarmerie, elles ont accompagné dans tous les lieux où Madame Gbagbo est passée pour sa sécurité.

L’image contient peut-être : 10 personnes


On retiendra de cette tournée à Séguéla que Madame Gbagbo dont la résistance aux épreuves a été saluée, a révélé que les populations du Worodougou, prises en otage, attendent d’être libérées. Elles espèrent encore en la politique du président Laurent Gbagbo dont elles attendent avec beaucoup d’impatience son retour au pays.

Par sa présence sur le terrain, les murs de méfiance et de haine artificiellement montés ont été montés. A juste titre l’ancien maire de Sifie, présent à l’accueil de Bereni-Dialla, dira :  » ce sont ceux qui ne comprennent rien à la politique qui manipulent les populations par la violence »

L’image contient peut-être : 7 personnes, personnes souriantes, foule et plein air
L’image contient peut-être : 7 personnes, personnes souriantes, personnes debout, bandes et texte
L’image contient peut-être : 7 personnes, personnes souriantes, texte
L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, texte

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, texte

Lazare KOFFI KOFFI.

WWW.IVOIROIS.COM

Share

About Author

(0) Readers Comments

Comments are closed.