À LA UNE POLITIQUE — 26 décembre 2015
Diendéré : L’homme, pressé de fêter Noël dehors, vient de fixer une terrible 13ème corde à son arc !
Ployant déjà sous une douzaine de chefs d’inculpation, le général Diendéré vient de tenter de s’éloigner, par sa propre volonté, de la cellule où il est détenu.
Ainsi, l’homme vient de s’adjuger un 13ème chef d’inculpation : Tentative d’évasion.

En effet, de sources digne de foi, en intelligence avec une cinquantaine d’éléments de l’ex-Régiment de Sécurité Présidentielle, et vraisemblablement rassuré par l’onction de la  » Protection Mystique » dont vient fraîchement de bénéficier son partenaire le plus sûr en Eburnie, le Général Diendéré tenait, coûte que coûte, à passer cette Noël, hors d’une cellule exiguë, et pourquoi pas en Côte d’Ivoire, nonobstant les mandats y déployés à profusion, et en voie d’exécution, à l’encontre de son ancien patron qui y agonise.

Malheureusement, aussitot démarrée, l’opération a été neutralisée, net, par les forces sécuritaires burkinabè, lesquelles n’ont pas donné dans la dentelle en mettant hors d’état de nuire, le chef de file matériel de cette opération ; plusieurs soldats impliqués dans l’opération criminelle, étant en cavale, certainement vers l’île Dramane OUATTARA.

N’est-ce pas ce qu’on dit : « 12 malheurs ne viennent jamais seuls » ?

En effet, aux termes de la loi burkinabè,  » LA TENTATIVE CONSISTE DANS L’ENTREPRISE DE COMMETTRE UN CRIME OU UN DÉLIT, MANIFESTEE PAR DES ACTES NON ÉQUIVOQUES TENDANT À SON EXÉCUTION, SI CEUX-CI N’ONT ÉTÉ SUSPENDUS OU N’ONT MANQUE LEUR EFFET QUE PAR DES CIRCONSTANCES INDÉPENDANTES DE LA VOLONTÉ DE LEUR AUTEUR.

LA TENTATIVE EST PUNISSABLE ALORS MEME QUE LE BUT NE POUVAIT ÊTRE ATTEINT EN RAISON DES CIRCONSTANCES IGNORÉES DE L’AUTEUR… »

Il s’infère de ces dispositions légales que même si le criminel Diendéré n’a pas réussi à s’évader, c’est grâce ou à cause de l’intervention énergique et opportune des forces sécuritaires burkinabè.

Mais en quoi consiste et comment est réprimée l’évasion au Burkina-Faso ?

En vertu des dispositions de l’article 235 du code pénal burkinabè : EST PUNI D’UN EMPRISONNEMENT DE 6 MOIS À 2 ANS, QUICONQUE ÉTANT, EN VERTU D’UN MANDAT OU D’UNE DECISION SE JUSTICE OU SUR FLAGRANT DÉLIT, ARRÊTÉ OU DÉTENU POUR CRIME OU DÉLIT, S’ÉVADE OU TENTE DE S’ÉVADER, SOIT DES LIEUX AFFECTES A LA DÉTENTION, PAR L’AUTAURITE COMPÉTENTE, SOIT DU LIEU DU TRAVAIL, SOIT AU COURS DU TRANSFÈREMENT.

LE COUPABLE EST PUNI D’UN EMPRISONNEMENT DE 2 ANS À 5ANS, SI L’ÉVASION A LIEU OU EST TENTEE AVEC VIOLENCES OU MENACES CONTRE LES PERSONNES, AVEC EFFRACTION OU BRIS DE PRISON ».

L’article 236 du code pénal burkinabè précise que :  » LA PEINE PRONONCEE POUR ÉVASION SE CUMULE AVEC TOUTE PEINE TEMPORAIRE PRIVATIVE DE LIBERTÉ INFLIGEE POUR L’INFRACTION AYANT MOTIVE L’ARRESTATION OU LA DETENTION « .

Comme on l’observe, s’agissant d’une opération menée par des militaires avec des armes, il est clair que toutes les circonstances aggravantes sont réunies, en sorte que l’enfoiré Diendéré ne peut être visé, à bon droit, que par l’application des dispositions prévoyant une peine privative de liberté, oscillant entre 2 à 5ans, laquelle peine devra s’ajouter à celle qui doit lui être indubitablement et indiscutablement infligée, en répression des conséquences de son putsch manqué du 17 septembre dernier, en intelligence avec un certain  » Pourquoi je suis devenu Rebelle, sous protection mystique « , avec son cortège de mort d’homme.

Ainsi, ajouta clairement, une 13ème corde à son arc, l’homme aux habits présidentiels aux manches extraordinairement débordantes.

Le temps, pour que tout se complique pour tous les humains impliqués dans la tragédie ivoirienne, a sonné, et personne ne parviendra à le stopper.

Car, le vrai temps de Dieu est arrivé. Célébrons-le en ce grand jour, sans retenue, pour s’être surtout fait homme, à l’effet de savourer, avant nous, cette méchanceté gratuite faite homme, aujourd’hui amèrement soufferte par le digne peuple de Côte d’ivoire .

Louons-le de plus belle !

Et, allons-y seulement ! Car, tout près est très près !

Tchedjougou OUATTARA

Share

About Author

(0) Readers Comments

Comments are closed.