À LA UNE ACTUALITÉ POLITIQUE SOCIÉTÉ — 11 juillet 2018
L’INDIGNATION NE DOIT PAS ÊTRE SEULEMENT POUR SOI (LES SIENS), MAIS POUR TOUTE INJUSTICE.
Depuis hier, M. Alassane Dramane Ouattara (ADO) a fait publier la liste de son nouveau gouvernement. Aucune surprise sinon que le PDCI et le RDR jadis mariés ont effectivement divorcé.

Bédié doit s’attendre à la vengeance de M. Alassane Dramane Ouattara parce que son parti le PDCI a refusé le parti unifié qui aurait permis au premier cité (ADO) d’empiler un troisième mandat. C’est le fait significatif de ce nouveau gouvernement. Sinon, à y regarder, cette composition est dans la continuité du RATTRAPAGE ETHNIQUE, idéologie conçue et prônée par M. Alassane Dramane Ouattara.

En effet, depuis le coup d’état du 11 avril 2011, tous les actes du sieur Alassane Dramane Ouattara ont un objectif : diviser les Ivoiriens. Donner l’illusion que c’est le nord qui est au pouvoir et qui gouverne. Et ces frères et sœurs ont accepté la forfaiture. Ils ont accepté qu’on déporte des Ivoiriens, sans jugement, dans des prisons au nord au motif qu’ils étaient PRO-GBAGBO. Ces frères et sœurs ne se sont JAMAIS indignés du génocide des Wê et du massacre d’Anokoua Kouté. Des Imams qui avaient pris fait et cause pour la rébellion d’Alassane Dramane Ouattara, (et singulièrement l’imam Touré aujourd’hui détenu on ne sait où, comme cela est devenu coutumier depuis 7ans des PRO-GBAGBO), déchantent maintenant.

Nos frères et sœurs qui avaient accepté l’occupation des maisons et des terres des autres, parce que PRO-GBAGBO, sont aujourd’hui déguerpis par le régime clanique de M. Alassane Dramane Ouattara. Ces frères et sœurs du nord crient aujourd’hui que c’est de l’injustice. Et je suis d’accord avec eux. Mieux vaut tard que jamais. Ici et maintenant je crie mon indignation en soutenant leur cause. Je leur demande aussi de ne pas s’arrêter à seulement leur situation. Leurs indignations doivent s’élever contre l’existence de prisonniers politiques en Côte d’Ivoire ; contre l’État de non droit instauré depuis 7 ans.

Ils doivent comme, d’autres le font depuis 7ans,

– exiger le retour des exilés dans les conditions de sécurité ;

– exiger la libération sans condition de tous les prisonniers politiques sur le territoire national, dont Mme Simone EHIVET GBAGBO ;

– exiger le retour des Wê sur la terre de leurs Ancêtres ainsi que le déguerpissement immédiat des personnes qui occupent illégalement leurs terres et leurs forêts sacrées ;

– exiger du gouvernement de M. Alassane Dramane, l’instauration d’une vraie réconciliation à laquelle toutes les filles et les fils du pays participent sans craindre pour leur sécurité.

Car le président Ahmed SÉKOU TOURÉ disant et je le cite « La vie d’un individu va de zéro à cent ans, alors que celle d’une NATION va de zéro à l’infini ».

Méditons ensemble cette pensée pour la future CÔTE D’IVOIRE.

Bonne journée.

Tapé GROUBERA.

Share

About Author

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *