À LA UNE POLITIQUE SOCIÉTÉ — 31 décembre 2014

Depuis hier, j’ai parcouru beaucoup de murs. Partout, je n’ai vu que la première Dame Simone Gbagbo. Et pourtant, elle n’était pas seule dans le box des accusés. Les autres accusés ont été complètement éclipsés, y compris Pascal Affi Nguessan.

Certains diront peut-être qu’elle bénéficie sans doute d’un effet de curiosité dû au fait qu’elle n’a pas été visible pendant longtemps, contrairement aux autres. C’est possible.

Alors, qu’en pensez-vous, mes chers amis ?SIMONE PROFIL

Quant à moi, je pense que la seule curiosité ne peut pas expliquer cet engouement très perceptible, cet enthousiasme de la foule, des journaux, des réseaux sociaux, etc. Il doit certainement y avoir autre chose. Quelque chose comme le charisme car Mme Gbagbo est une femme charismatique qui a semé l’espoir et qui récolte aujourd’hui l’amour des ivoiriens. Oui, Simone Gbagbo est de ceux qui ont semé la graine FPI qui est devenue aujourd’hui un arbre dont on se dispute les fruits.

Cette graine, pour qu’elle devienne un arbre à l’ombre duquel se retrouvent désormais beaucoup d’ivoiriens, et dont les fruits sont tant convoités parce qu’ils ont un gout de fierté, elle l’a arrosée avec sa sueur pendant des années dans lesquelles on compte des années de prison.

Le tribunal étant le passage vers la prison, sauf en dozocratie (république des FRCI et dozos) où on va d’abord en prison pendant des années avant de passer au tribunal, elle y est un peu comme chez elle car, en plus d’y être préparée mentalement depuis longtemps, elle est une habituée des lieux à cause de son combat pour la souveraineté de son pays.

Mme Simone Ehivet Gbagbo savait depuis le début que sa conviction chevillée au corps et son engagement fort lui vaudraient des brimades et la prison, et c’est pour cette raison qu’elle n’est point perdue devant ses bourreaux, et a fière allure. Elle assume donc pleinement son combat pour que la Côte d’Ivoire prenne son destin en main !

Mme Simone Gbagbo et Laurent Gbagbo pensaient, comme le disait récemment Charles Blé Goudé qui le pensait aussi, que les ivoiriens pouvaient encore se parler pour donner une chance à la démocratie, et s’il y a aujourd’hui une chose à leur reprocher, c’est bien cela, c’est d’y avoir cru, uniquement d’y avoir cru car les criminels instrumentalisés par la France et désormais installés au pouvoir, ceux qui ont mangé la tête de la panthère sont bien connus et sont aujourd’hui en face des victimes dont Simone Gbagbo fait partie.

Elle attend donc désormais que ceux qui ont attaqué le pays , tué des ivoiriens , éventré des femmes enceintes, coupé des bras et même des têtes, violé , exproprié; que ceux dont la violence meurtrière a poussé hors du pays certains de ses fils, et qui en ont même déporté d’autres chez ceux qui nous les ont imposés à coups de bombes, etc, lui disent ce qu’ils lui reprochent. Serait-ce de ne pas avoir œuvré à leur arrestation alors que leurs crimes étaient déjà nombreux avant leur assaut final contre la république en avril 2011 ?

Alexis GnagnoPrisonniers politiques

Procès en assises de Pro-Gbagbo

Faits marquants et ou touchants [ 26 décembre 2014] :

1 – Simone Gbagbo crée l’émeute dans la salle d’audience. À son entrée, toute la salle s’est, comme un seul homme, levée pour l’acclamer au moins 15 minutes durant. Chacun voulait la toucher au point ou un rang s’est spontanément créé pour lui serrer la main. Elle a eu un mot pour chacun surtout pour chaque « accusé détenu » qu’elle a tenu elle-même à saluer.

2 – Les « accusés détenus »(prisonniers politiques ne bénéficiant pas encore de la liberté provisoire NDLR) comparaissant aux assises, sont arrivés enchaînés au palais de justice.

3 – A l’approche de Mme Simone Gbagbo venue le saluer, le Général Dogbo Ble, bien qu’étant habillé en tenue civile, s’est mis au garde-à-vous.

4 – Des murmures se sont fait entendre dans la salle à l’annonce des jurés.
En effet, sur six (6) membres que comptent les jurés titulaires, cinq (5) sont du Nord. Sur les trois (3) jurés que comptent les suppléants deux (2) sont du Nord.

5 – A la demande des avocats des accusés d’avoir copie des lettres de désistement de quatre (3 titulaires et 1 suppléant) parmi l’ensemble des jurés annoncés le 22 octobre 2014, pour comprendre leurs motivations, le juge a opposé un refus.

Djagoyouwle Ogbawoli II.Simone Gbagbo procès4

Ivoirois.com

Share

About Author

(0) Readers Comments

Comments are closed.