À LA UNE POLITIQUE — 16 septembre 2019

Comme un seul homme, les ivoiriens ont massivement répondu à l’appel des directions du FPI, du PDCI-RDA, de EDS et de la nouvelle plateforme non idéologique la CDRP ce samedi 14 septembre 2019 au parc des sports de Treichville.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout, foule et plein air

Dans une ambiance festive et de retrouvailles, ce sont plus de 100.000 démocrates ivoiriens venus des différentes communes du district d’Abidjan qui ont pris d’assaut le parc des sports de Treichville pour donner une chance au rapprochement entre tous les partis politiques de l’opposition ivoirienne ayant en ligne de mire la démocratisation du processus électoral devant inéluctablement conduire à la chute du régime d’Abidjan.

Dans des styles oratoires différents, les principaux intervenants répondant pour l’essentiel des partis politiques FPI, PDCI-RDA, des plateformes EDS, CDRP et des mouvements politiques ont salué l’évènement historique du jour avant de dépeindre le tableau moins reluisant de la vie sociale, politique, économique et sécuritaire de la Côte d’Ivoire.

Aux dires du Secrétaire Général du FPI, le Dr Assoa ADOU, la situation sociale de la Côte d’Ivoire est précaire et le taux d’endettement excessif estimé à plus de 11.000 milliards de F Cfa est une charge pour les ivoiriens qui devront la payer sur plusieurs générations.

Le meeting historique de Treichville a été l’occasion pour l’opposition de marquer son attachement à la réconciliation nationale et à la démocratie. Pour le PDCI-RDA, par la voix de son Secrétaire Général GUIKAHUE « Ce qui est passé est passé, nous devons regarder l’avenir (…) ». Toujours dans le même élan, GUIKAHUE affirme que le PDCI-RDA formule deux conditions à la réconciliation nationale, à savoir le retour de Laurent GBAGBO et de Charles Blé GOUDE ainsi que de tous les exilés politiques mais aussi, la libération de tous les prisonniers politiques.

Pour l’honorable Alain LOBOGNON au nom des groupes parlementaires de l’opposition (Vox populi, PDCI-RDA et Rassemblement), les ivoiriens ne doivent pas débourser une quelconque somme pour acquérir leur carte nationale d’identité. Il estime que « s’il ya de l’argent pour financer 55 ministres, c’est qu’il y a de l’argent pour financer les CNI ». Avant d’inviter le gouvernement ivoirien à souscrire à la libération de tous les prisonniers politiques et au retour sécurisé de tous les exilés.

Fidèle à sa posture, la plateforme EDS a réaffirmé son combat pour la réforme intégrale de la CEI à travers des moyens légaux et légitimes, la gratuité des CNI, le découpage électoral et sa récusation du choix de l’opérateur technique chargé de la production des CNI.

Le meeting de Treichville, considéré comme foncièrement historique entre deux grands partis politiques traditionnellement et historiquement opposés s’inscrit dans la marche des ivoiriens à vouloir mettre fin au régime d’Alassane OUATTARA qui fait corps avec la négation de la démocratie, la précarité sociale des populations, l’extrême paupérisation des ivoiriens et l’endettement excessif de la Côte d’Ivoire.

Pour l’opposition ivoirienne rassemblée au parc des sports de Treichville, les questions relatives à la réconciliation nationale et à la démocratisation du processus électoral doivent réunir tous les ivoiriens afin de faire triompher la démocratie et épargner la Côte d’Ivoire d’une énième crise post électorale.

L’image contient peut-être : 9 personnes, personnes souriantes, foule et plein air
L’image contient peut-être : 17 personnes, personnes souriantes, foule et plein air

Minimisé par une certaine opinion, le meeting du FPI/ PDCI-RDA a retenu l’attention de milliers d’observateurs et de journalistes nationaux et internationaux venus donner un cachet spécial à l’histoire en cours en Côte d’Ivoire.

En fait, la présence des militants du FPI et du PDCI-RDA dans un même stade aux sons de la réconciliation nationale et de la démocratie achèvent de convaincre les plus sceptiques de la capacité des ivoiriens à s’unir quand la mère patrie les appelle.

Par ailleurs, le régime d’Abidjan ébranlé par ce grand rassemblement dès son annonce par les directions du FPI et du PDCI a manœuvré à son souhait pour son échec mais, la ténacité et la force des arguments des chargés de l’organisation ont finalement triomphé et obligé le pouvoir à concéder le parc des sports de Treichville dans la soirée du 10 septembre.

Perçu comme une mobilisation test de l’opposition ivoirienne ayant pour référents les présidents Laurent GBAGBO et Konan BEDIE, le Secrétaire Général du PDCI-RDA soutient pour sa part que le prochain rassemblement du duo FPI/ PDCI-RDA se tiendra dans le mythique stade Félix Houphouët BOIGNY.

Bien entendu, ce grand déferlement des militants du FPI et du PDCI consacre la bonne santé de ces deux grands partis politiques en proie aux dissidences qui travaillent continuellement à briser l’engagement de l’opposition porté au rétablissement des valeurs démocratiques piétinées par le régime d’Abidjan.

Bien au-delà, le franc succès du grand meeting de l’opposition ivoirienne au parc des sports de Treichville confirme que l’opposition significative ivoirienne autour du FPI et du PDCI-RDA représente un poids important pour la bonne marche de la nation ivoirienne qui souffre d’une faillite politico-socio-économique sans précédent.

Les militants du FPI de Laurent GBAGBO et le PDCI-RDA de Konan BEDIE ont dans la discipline brisé les chaînes de la peur et réussi le pari de la grande mobilisation pour exprimer leur adhésion au rapprochement de l’opposition autour d’un idéal républicain.

L’opposition ivoirienne réussira t-elle à signer le glas du régime policé d’Abidjan ?

Adingra OSSEI

ivoirois.com

Share

About Author

(0) Readers Comments

Comments are closed.