À LA UNE ACTUALITÉ POLITIQUE — 08 juin 2019

Le président du sénat ivoirien, Jeannot Ahoussou KOUADIO a officiellement déposé ses valises au RHDP (Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix) le dimanche 02 Juin 2019 au cours d’un meeting à la place publique de Didiévi.

Anciennement Garde des sceaux, ministre de la Justice (11 Avril 2011- 21 Novembre 2012), Premier ministre de Côte d’Ivoire (13 mars- 14 Novembre 2012) et depuis le 05 Avril 2018; Président du sénat ivoirien pour le compte du PDCI-RDA, l’ex compagnon du président du PDCI-RDA Aimé Henri Konan BEDIE, Jeannot Ahoussou KOUADIO a suivi le vent des ralliements au RHDP après moults hésitations, conservant ainsi le tabouret du sénat qu’il devait libérer au cas où il maintenait son appartenance au PDCI-RDA de BEDIE.

Selon Jeannot Ahoussou KOUADIO, le vrai débat en cours au PDCI-RDA est celui de deux tendances idéologiques qui s’opposent, l’une favorable à l’établissement d’une nouvelle plateforme avec le FPI (Front Populaire Ivoirien) de Laurent GBAGBO et l’autre favorable au maintien des liens avec le RDHP. A Didiévi, l’ex vice président du PDCI-RDA a ouvertement justifié son adhésion au RHDP dont les textes originels ont été écrits en sa résidence et qu’il faille continuer la réflexion pour un RHDP davantage fort. Aussi, a-t-il dénoncé toute alliance d’avec le FPI de Laurent GBAGBO car l’alliance rationnelle à ses yeux est celle d’avec le RHDP parti unifié incarné par Alassane OUATTARA qui continue d’œuvrer pour le développement du pays en valorisant l’Houphouëtisme.

Par ailleurs, Ahoussou Jeannot affirmant que sa raison se trouvant au RHDP et que son cœur restait PDCI a clos la polémique relative à son départ du PDCI ou sa fidélité au PDCI en laissant entendre que le RHDP c’est Houphouët, c’est le PDCI plus fort.

En fait, comme bon nombre de cadres du PDCI –RDA, Ahoussou Jeannot, l’ex-vice président du sénat vient de tourner le dos au sphinx de Daoukro Aimé Henri Konan BEDIE pour des motifs personnels et non pour des raisons d’intérêt général devant sauver la Côte d’Ivoire de la mal gouvernance et du politiquement incorrect dont réussit avec exploit le régime d’Abidjan sous Alassane OUATTARA . La peur de se retrouver en exile et de vivre les dures réalités du mal du pays, est le véritable justificatif de l’adhésion de Ahoussou au RHDP, car selon lui, il ne voudrait pas partir en exile en cas de perte du pouvoir.

En réalité tout comme les autres cadres ayant viré au RHDP, Ahoussou Jeannot par son acte ne veut perdre ni argent, ni prestige, ni honneurs, ni avantages dus à son haut rang. Toutefois, il ne peut accepter une alliance entre le PDCI et le FPI du fait qu’il est le principal auteur de la déportation de Laurent GBAGBO à la CPI suite à la signature de l’accord de coopération judiciaire entre la Côte d’Ivoire et la CPI le mardi 28 Juin 2011 en sa qualité de Garde de Sceaux, ministre de la justice. Rester fidèle à BEDIE serait pour le président du sénat une humiliation de se faire harakiri en reconnaissant implicitement son erreur et son immaturité politique.

Avant le meeting de ralliement officiel de Ahoussou Jeannot au RHDP, BEDIE réagissant à la trahison de son ex vice président, le président du PDCI-RDA a demandé aux militants du PDCI-RDA de Didiévi et à l’ensemble de ses militants au cours d’une réunion à Didiévi, de rester fidèles aux idéaux du parti et de demeurer préoccuper à la reconquête du pouvoir en 2020. Les invitant à tourner la page Ahoussou et de faire la place à de nouveaux courageux, intègres, intrépides, vaillants et déterminés militants de forte conviction du PDCI-RDA.

La saignée des cadres du PDCI –RDA continue à coup d’achat de conscience et de contrainte. Le mal de la démocratie fait le lit de la pensée unique et du parti-Etat dont sont nostalgiques les Républicains au pouvoir qui pourtant hier réclamaient à coups de fusils et de massacres plus de démocratie en Côte d’Ivoire.

Les partis et mouvements de l’opposition (FPI, PDCI, MFA, PIT et le CP) en Côte d’Ivoire souffrent du débauchage forcé et de l’achat de conscience de leurs militants sur qui pour la plupart pendent une épée de Damoclès judiciaire dont l’issue est sans aucun doute la prison et la fermeture de leurs comptes bancaires. La gouvernance de OUATTARA en termes de politique national se résume donc au principe « diviser pour régner ». La volonté de OUATTARA d’humilier BEDIE du fait de lui avoir retirer son soutien et briser le deal de leur complot contre Laurent GBAGBO et la Côte d’Ivoire , est telle qu’il utilise tous les moyens de l’Etat de Côte d’Ivoire pour assouvir sa vengeance et se constituer un électorat illusoire qu’il brandirait comme une majorité acquise à sa cause.

Absorber le PDCI-RDA et vider les partis politiques de l’opposition de leurs cadres maintiendra le RHDP au pouvoir à l’issue des élections de 2020 ?

Adingra OSSEI

Ivoirois.com

Share

About Author

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *