À LA UNE POLITIQUE — 05 décembre 2018

 La famille du ministre a été bernée par des promesses fallacieuses d’évacuation aux États-unis par Soro et Ouattara.

Le même procédé dilatoire dont le Général Ouassénan aurait été victime si sa famille et Bédié ne  s’étaient pas empressés de payer ses frais d’hospitalisation.
Est-ce la conséquence du gel des comptes des opposants?

 

LES CIRCONSTANCES DU DECES DU MINISTRE SERY BAILLY.

Au cours de son intervention ce 16/11/2018, lors d’un colloque à l’université de Cocody, le ministre marqua pendant quelques instants, une pause comme quelqu’un qui cherchait ses mots.
Bild könnte enthalten: 1 Person, sitzt und Sonnenbrille

Il se reprit ensuite et termina son discours. Environ 15 minutes après, il s’écroula, puis est conduit d’urgence à la Pisam où le scanner révéla un AVC. Pour plus de précision, les médecins ont fait l’IRM dans un autre hôpital, la Pisam ne possédant pas le matériel requis .et examen a décèle la présence de caillot de sang dans la tête du ministre. Sa famille décide donc de chercher les moyens pour l’évacuer aux USA pour des soins appropriés.

C’est pendant cette phase de recherche de moyens, qu’un individu se présentant comme un proche de Soro appelle la fille du ministre, pour lui demander de s’attendre à un coup de fil du PAN. Soro va effectivement appeler la jeune dame d’un numéro inconnu, lui remonter le moral et promettre d’envoyer quelqu’un vers elle, pour son soutien au ministre et à la famille. Vu que l’émissaire du PAN ne venait pas quelques jours après, la jeune dame va appeler l’individu proche de Soro. Voici sa réponse « ma mission est terminée. Elle consistait à te mettre en contact avec le président Soro… ». Cette jeune dame va activer certains réseaux pour aboutir à Soro…Dieu merci, elle tombe sur la secrétaire du PAN à qui, elle explique les faits.

Un peu plus tard, cette dernière rappelle la fille du ministre, pour lui dire qu’elle en a parlé au Dircab de Soro, qui a promis la joindre après…malheureusement, ce coup de fil n’est jamais venu. Toujours dans cette dynamique, elle est reçue par les ministre Bandama et Kone Marietou. La dernière citée a demandé le dossier médical et les autres besoins nécessaires pour l’évacuation du malade. Apres réception de ces documents, la ministre n’a plus décroché un seul coup de fil.

C’est alors que l’ASCAD présidé par le Dr Ahouana, dont est membre le ministre va intervenir. D’abord, cette association va régler la facture de la Piisam, puis le Dr Ahouana rentre en contact avec Ouattara pour solliciter l’aide de la présidence ivoirienne. Selon les infos, Ouattara a donné son accord de principe et instruit le Dr Diabi de la présidence pour gérer la question. Diaby passe donc à la Pisam pour récupérer le dossier médical du ministre, puis il envoie son collaborateur prendre les passeports de ceux qui accompagneront le malade. Contre toute attente, les documents sont revenus sans visa, précisément celui de la jeune fille. Nonobstant cette procédure administrative non terminée, Diaby d’abord fixé la date de l’évacuation samedi 01 décembre, avant de l’ajourner au lundi 03 décembre…jour qui n’arrivera jamais pour le ministre Sery Bailly parce qu’il a rendu l’âme ce dimanche 02 décembre.

Ma question est la suivante. Pourquoi les plus hautes autorités ivoiriennes, ont fait miroiter de faux espoir à la famille du ministre Sery Bailly ? Ont-ils voulu jouer sur le temps ? Le ministre aurait-il survécu, s’il avait été vite évacué comme le Gl Ouassena ?

Via: Jérémie Lorougnon

#Vincent_Damana/ #Rezopanacom

 

Share

About Author

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *