À LA UNE POLITIQUE SOCIÉTÉ — 01 octobre 2019

Le Président du Conseil régional du Gbêkê et vice-président du PDCI-RDA, Mangoua Jacques a été placé en garde à vue le samedi 28 septembre 2019 après que des armes ont été découvertes à son domicile.


Mangoua Jacques

Dans un communiqué de presse, le PDCI exige sa mise liberté alors que le procureur M. Koné Braman déclare que le Président Mangoua Jacques ne l’a jamais appelé pour signifier une telle découverte chez lui. Et qu’il risque une peine de prison allant de 5 à 10 ans de prison.

Communiqué de presse

Le vendredi 27 septembre 2019, le PDCI-RDA a appris, avec indignation, la détention de Monsieur Mangoua Jacques, Président du Conseil Régional du Gbêkê et Vice-président du PDCI-RDA, dans les locaux de la compagnie de Gendarmerie de Bouaké.

Depuis lors, jusqu’à ce jour, il n’a pas été entendu et les faits qui lui seraient reprochés n’ont pas été portés à sa connaissance, en violation de tous les principes qui garantissent sa liberté, la présomption d’innocence et les principes fondamentaux de la procédure pénale ivoirienne.

En maintenant en détention, de façon arbitraire, le Président du Conseil Régional du Gbêkê, le régime RHDP-unifié vient encore une fois de faire la preuve de sa volonté de caporaliser les institutions de la République afin de confisquer le pouvoir d’Etat et renforcer l’Etat de non droit.

En conséquence, le PDCI-RDA :

1. Condamne énergiquement ces graves violations des libertés et des droits ;

2. Exige instamment la mise en liberté immédiate du Président Jacques Mangoua;

3. Se réserve le droit de mettre en œuvre toutes les actions appropriées pour la restauration et le respect des libertés individuelles et collectives ainsi que de l’Etat de Droit

Fait à Abidjan, le 29 septembre 2019

Le PDCI-RDA

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est PDCI-LOGO.jpeg.


L’image contient peut-être : 2 personnes
Le Procureur M. Koné Braman


Le Procureur M. Koné Braman explique les raisons du transfert à la prison civile de Bouaké de Mangoua Jacques (vice-président du PDCI-RDA):

« Le Président Mangoua Jacques ne m’a jamais appelé pour signifier une telle découverte chez lui. Il risque une peine de prison allant de 5 à 10 ans de prison. »

« Ainsi, faute d’avoir rapporté la preuve de ce qu’il n’est pas le propriétaire des munitions découvertes à son domicile à N’guessankro dans la sous-préfecture de Bodokro, Monsieur Mangoua Jacques sera traduit devant le tribunal correctionnel suivant la procédure de flagrant délit. Il va être déféré en entendant qu’il compare le jeudi 3 octobre prochain devant le tribunal de Première Instance de Bouaké.

Mangoua Jacques risque une peine de prison allant de 5 à 10 ans de prison. A ce jour, la brigade de recherches de la gendarmerie nationale a mené 2 auditions de deux personnes dont​ Mangoua Jacques et Kouakou Yao Laurent, le concierge pour nécessité d’enquête.

Ces objets ont été découverts par le concierge dans la niche, dans l’arrière-cour à côté du moteur qui alimente le forage.

Au cours d’une perquisition, aucun objet intéressant notre enquête n’a été trouvé. Il convient de préciser aussi, qu’aucune trace n’a été observée sur le mur, qui a une hauteur de 03 mètres, avec des pointes de sécurité. La découverte d’un tel arsenal donne lieu à interrogations. Le Président Mangoua Jacques ne m’a jamais appelé pour signifier une telle découverte chez lui».

Abossia de Ferké

ivoirois.com

Share

About Author

(0) Readers Comments

Comments are closed.