À LA UNE POLITIQUE SOCIÉTÉ — 20 août 2019

Les 17 et 18 août 2019, le congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (COJEP) a tenu son premier congrès ordinaire à Yopougon (quartier populaire à l’ouest d’Abidjan) à la place CP1 devant une foule de partisans et d’invités venus de plusieurs recoins du monde pour témoigner de leur fidélité aux idéaux défendus par le COJEP et Charles Blé GOUDE depuis 2005.

Né en 2005, en pleine crise militaro-politique, le mouvement politique congrès des jeunes patriotes dirigé par Charles Blé GOUDE, a été le fer de lance de la résistance ivoirienne contre la rébellion soutenue par la France de 2002 à 2011. Mouvement d’obédience marxiste et très proche de Laurent GBAGBAO, il a su réveiller les consciences politiques en Côte d’Ivoire avant de faire campagne pour le leader historique de l’opposition ivoirienne en 2010.

Dr. Hyacinhte NOGBOU

Dirigé depuis 2011 par le philosophe Hyacinthe NOGBOU, à la suite des évènements tragiques qu’a connu la Côte d’Ivoire, le mouvement politique COJEP a tenu son premier congrès ordinaire les 17 et 18 août 2019 à Yopougon à la place CP1 en présence de plus de 1.250 congressistes réunis autour de la thématique « Quel COJEP pour une Côte d’Ivoire libre et démocratique ? »

A la suite des assises, Charles Blé GOUDE, candidat unique au poste de président de la formation politique COJEP a été élu président à l’unanimité des congressistes statutaires le dimanche 18 août 2019.

Intervenant via vidéo-conférence, Charles Blé GOUDE, s’est adressé à ses partisans en les invitant à la résistance et à l’espérance dans un discours plein d’émotion et de remobilisation :

« IL Y A CEUX QUI FONT L’HISTOIRE.
IL Y A CEUX QUI ÉCRIVENT L’HISTOIRE.
IL Y A CEUX QUI ÉTUDIENT L’HISTOIRE.
IL Y A CEUX QUI RACONTENT DES HISTOIRES.
IL Y A CEUX QUI FONT DES HISTOIRES.
Chers congressistes, ne soyez pas des deux dernières catégories. » Charles BLÉ GOUDÉ

Touchant à l’actualité nationale, il a déconstruit la thèse alléguée par le ministre Hamed BAKAYOKO qui soutient que pour les élections de 2020, tout est bouclé et géré.

 « Je lance un appel au gouvernement ivoirien à créer les conditions d’une élection (la présidentielle de 2020) qui ne puisse pas encore créer des conflits, (car) rien n’est géré et rien n’est bouclé, tout est dynamique », a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, a-t-il soutenu que « nos aînés n’ont pas le droit de nous léguer la guerre (…). Qu’ils nous lèguent au moins un pays en paix et démocratique », avant d’appeler son parti à écrire son histoire. Plus loin, il a pris l’engagement de donner (à ses partisans) un grand parti qui réponde aux attentes des Ivoiriens, tout en les félicitant pour cette marque de confiance placée en lui.

Une laborieuse équipe
Dr. Patrice SARAKA

Dans son intervention, le président du COJEP a souligné à l’endroit de ses militants que «c’est un travail d’équipe (et) ensemble vous et moi, nous allons construire un grand parti politique, un creuset qui unit » toute la Côte d’Ivoire.

Evoquant la crise qui sape le bon fonctionnement du Front Populaire Ivoirien, Charles Blé GOUDE s’est voulu très précis en affirmant que « sur la crise interne au FPI, ceux qui veulent la tête du FPI, veulent la mort de Laurent GBAGBO »

Les militants du COJEP venus nombreux à travers la Côte d’Ivoire et des pays européens et des Etats-Unis ont pleinement donné un cachet au succès de ce 1er congrès ordinaire du COJEP à travers chants, danses et cris de joie dans une ambiance de retrouvaille et de pré victoire de Laurent GBAGBO aux prochaines élections présidentielles prévues en 2020.

CHARLES BLE GOUDE PARLE DE LAURENT GBAGBO

Charles Blé Goudé Pdt COJEP

Pour Charles Blé GOUDE, parlant de Laurent GBAGBO, il soutient « Je veux ressembler à GBAGBO, parce que GBAGBO, n’est l’héritier de personne. Il s’est créé lui-même, il s’est organisé lui-même. Les gens se sont moqués de lui, ils l’ont emprisonné, mais il est resté droit. Je veux marcher dans la démarche de GBAGBO Laurent pour rester droit, pour rester digne (…) Je vais vous parler de Laurent GBAGBO et moi. Parce que depuis que je suis en prison, mes oreilles sont pleines. Ce qui nous lie, Laurent GBAGBO et moi, c’est une cause. C’est une cause noble qui engage la vie de millions d’Ivoiriens. Et je n’accepterai pas que les gens jouent avec cette cause. Voyez-vous, quelle que soit la longueur des oreilles, elles ne pourront jamais dépasser la tête. La tête, c’est Laurent GBAGBO. Jamais de ma vie, je ne vais me comparer à Laurent GBAGBO parce que c’est mon père, c’est mon président et c’est mon maître. »

L’élection de Charles Blé GOUDE à la présidence du COJEP, marque inéluctablement le retour du Général de la rue dans l’arène politique ivoirienne là ou l’opposition ivoirienne est semble t-il en panne d’inspiration et d’actions contre les dérives totalitaires du pouvoir d’Abidjan.

Toutefois, dans l’attente d’une libération totale des fers de la CPI, Blé GOUDE entend continuer à donner de la voix pour une réconciliation effective et pour des élections démocratiques et apaisées. Sa soif d’une paix effective et d’une Côte d’Ivoire débarrassée des sentiments de haine et de vengeance continue de guider son esprit à l’action politique auprès de son référent politique Laurent GBAGBO.

Dès lors, Charles Blé GOUDE réussira t-il à donner plus de dynamisme à l’opposition ivoirienne contre le régime d’Abidjan, surtout avec son leitmotiv: « Ce que Dieu a commencé, il va terminer » ?

Adingra OSSEI

ivoirois.com

Share

About Author

(0) Readers Comments

Comments are closed.