Affaire d’étrangers en Côte d’Ivoire

Orpailleurs clandestins

Rencontrant à son domicile à Daoukro des militants du PDCI-RDA de la commune de Koumassi le mercredi 5 Juin 2019, le président du PDCI-RDA, Aimé Henri Konan BEDIE a profité de l’occasion pour évoquer solennellement les questions épineuses de la vie de la nation, à savoir les crises intercommunautaires, l’orpaillage clandestin, la fraude sur la nationalité ivoirienne, l’occupation illégale des forêts et l’expropriation des autochtones de leurs forêts.

Pour le président du PDCI-RDA, toutes ces questions touchant à la survie de la nation mettent en péril la sécurité des ivoiriens et constituent des risques avant-coureurs d’une crise identitaire entre nationaux et étrangers qui s’arrogent illégalement la nationalité ivoirienne et les terres arables des ivoiriens. Aussi, a-t-il pointé du doigt la forte implication des étrangers dans tous les conflits intercommunautaires qui sapent l’unité nationale durant ces dernières années.

En fait, Henri Konan BEDIE a dit haut la colère du peuple ivoirien qui se sent dépossédé et envahi par des étrangers qui leur font la loi sur la terre de leurs ancêtres sans réaction du Gouvernement Ivoirien qui apparaît complice de cet état de fait qui a prospéré depuis l’entrée sur la scène politique ivoirienne de Alassane OUATTARA. Il avait brandi à tue-tête la thèse de la xénophobie et de la haine des ivoiriens contre les étrangers pour en faire son discours politique contre les régimes de Henri Konan BEDIE et de Laurent GBAGBO.

Le Gouvernement Ivoirien demeurant fidèle à sa ligne de défense orientée vers la stigmatisation, la désinformation et la mise en avant du spectre de la haine, par la voix de son porte-parole, le ministre Sidi Tiémoko TOURE a circonscrit les propos originels du président du PDCI-RDA hors de leur contexte en les qualifiant de xénophobes et d’incitation à la haine contre les étrangers, avant de rappeler que ces propos sont pénalement condamnables et risquent d’effriter la paix, la cohésion sociale, l’unité nationale et la stabilité du pays.

Réagissant à la mauvaise foi du Gouvernement et s’interrogeant sur la polémique suscitée par le gouvernement du fait des risques d’une crise identitaire en Côte d’Ivoire  avec pour principaux auteurs les étrangers vivant en Côté d’Ivoire estimés à plus de 28%, Jean Louis BILLON, par ailleurs porte-parole du PDCI-RDA a, au cours d’une conférence de presse animée le 10 Juin 2019 au siège du PDCI-RDA,  recadré le régime d’Abidjan. En appui à son propos liminaire, il a projeté via power pointles chiffres officiels et vérifiables sur l’orpaillage clandestin qui a des conséquences négatives sur le milieu biophysique, humain, sécuritaire et démographique, ainsi que sur la fraude à grand échelle sur la nationalité au profit d’un bétail électoral en constitution pour les échéances électorales de 2020 qui devraient  consacrer la victoire du RHDP parti unifié ; Enfin, sur le flux migratoire non maîtrisé et non contrôlé qui menace l’existence des Ivoiriens.

En réalité, Jean Louis BILLON, a invité le Gouvernement à se saisir de cette interpellation on ne peut plus légitime du plus vieux parti politique de la Côte d’Ivoire, s’exprimant au nom des Ivoiriens en général et de ses militants en particulier pour apporter des réponses appropriées aux attentes des Ivoiriens sur ces importantes questions soulevées courageusement par le président Henri Konan BEDIE qui a dans la foulée trouvé des soutiens auprès de certaines formations politiques comme celui de Daniel BONI Claverie qui estiment que ces questions sont d’ordre sociétal et méritent d’être évoquées.

Plus loin, BILLON estimant que la Côte d’Ivoire n’étant pas un no man’s land, éclaire la conscience du Gouvernement que « partout dans le monde, les acteurs politiques se soucient des flux migratoires, de la politique vis-à-vis des étrangers par rapport aux nationaux, de l’état de la coexistence entre les communautés qui se créent, leur installation, leurs occupations, des rapports de ces flux avec la sécurité nationale et la sauvegarde de la paix publique »

Pour finir, BILLON a invité le Gouvernement Ivoirien à apporter des solutions aux préoccupations existentielles en évitant de brandir des menaces et des intimidations. Aussi, a-t-il interpellé le régime d’Abidjan sur les questions de la cherté de vie, le mauvais état des routes, la pauvreté des populations, la santé des ivoiriens et de la sécurité nationale.

Le Gouvernement Ivoirien fera t-il sien de ce cours magistral à lui enseigné par le PDCI-RDA son ex-allié pour la défiguration de la Côte d’Ivoire et du massacre des Ivoiriens par des étrangers enrôlés dans les effectifs des Forces Nouvelles et armés contre le régime du Président Laurent GBAGBO ? Sûrement que non, car la morgue du pouvoir d’Abidjan et sa haine contre les Ivoiriens restés debout contre la rébellion de Alassane OUATTARA ne sauraient militer en faveur des préoccupations soulevées par le PDCI-RDA.

En sus, en dépit des allégations incendiaires évoquées par Kobenan Kouassi ADJOUMANI, porte-parole du RHDP contre le président du PDCI-RDA pour rappel de sa politique de l’ivoirité bien loin de la promotion de la xénophobie, les Ivoiriens dans leur ensemble n’entendent pas se laisser distraire par la fenêtre politique que le régime d’Abidjan et ses sbires tentent d’ouvrir.

La fraude sur l’identité, expertise avérée du RDR de Alassane OUATTARA demeure un véritable boulet pour le peuple Ivoirien en mal de protection de sa nationalité bradée à des fins politiques et financières. La fabrique d’une populace qui dévore les richesses du peuple ivoirien et n’hésite pas à troubler sa quiétude est savamment entretenue par des pontes des officines du RDR aux origines douteuses à la lecture de leur volonté de museler toute voix s’élevant contre l’inconduite des métèques installés sur le sol Ivoirien.

La sortie du sphinx de Daoukro et de son porte-parole indique clairement que le schisme entre les ex-alliés est très profond. Le PDCI conscient de la nécessité de sauver le navire ivoire aux côtés de l’opposition significative conduite par le FPI de Laurent GBAGBO, n’entend pas faiblir face aux menaces et tentatives d’intimidation de OUATTARA qui n’a pour seule arme que les arrestations arbitraires.  

Que cache le gouvernement de Alassane OUATTARA à protéger contre vents et marées l’inconduite des étrangers sur le sol des ivoiriens ?

Quel est le projet politique et économique des étrangers vivant en Côte d’Ivoire ?

De la fraude sur la nationalité à la défiance des ivoiriens par l’usage de la violence pour se faire entendre, les étrangers n’ont-ils pas décidé de faillir l’Etat de Côte d’Ivoire ?

La xénophobie et la haine contre les étrangers dont parle le gouvernement sont elles réellement constituées pour brandir les dispositions du droit pénal contre les Ivoiriens interpellant les consciences politiques au pouvoir ?

Adingra OSSEI et Abossia de ferke

Ivoirois.com

Share

About Author

(0) Readers Comments

Comments are closed.