Au cours d’une Assemblée générale extraordinaire à l’université Félix Houphouët BOIGNY d’Abidjan –Cocody, les enseignants des universités publiques de Côte d’Ivoire réunis au sein de la coordination nationale des enseignants chercheurs (CNEC), le 8 mai dernier avaient annoncé la reprise de la grève  dans le supérieur le lundi 20 mai 2019 .Dans ce même élan, outre la Cnec , le Collectif des enseignants chercheurs de Côte d’Ivoire (Codec), le Syndicat  libre des enseignants chercheurs de Côte d’Ivoire (Sylec) au cours d’une conférence de presse le 18 mai dernier ont annoncé la reprise effective de la grève dans le supérieur à compter du lundi 20 mai 2019.


Joignant l’acte à la parole, les enseignants des universités publiques, des instituts de recherche et des grandes écoles de Côte d’Ivoire, ont débrayé les centres de recherches et les amphithéâtres ce lundi 20 mai et ce, jusqu’au 24 mai afin d’interpeler l’Etat de Côte d’Ivoire à prendre en compte leurs différentes revendications déjà égrenées devant l’autorité de tutelle.


En effet, les enseignants du supérieur au sein de la Cnec par la voix du professeur Johnson Kouassi ZAMINA  ont rappelé leurs attentes en termes de nouveaux salaires conformément au système LMD, de nouveaux taux horaires, de nouvelles primes de recherche, la suppression du décret de 1976 et son remplacement par un autre décret et la mise aux normes LMD des infrastructures universitaires. Aussi, souhaitent-ils la révocation du président de l’université Félix Houphouët BOIGNY Abou KARAMOKO.
Toutefois, les enseignants des universités et grandes écoles de Côte d’Ivoire entendent reconduire la grêve si le gouvernement n’intervient pas dans le sens souhaité par les enseignants-chercheurs de Côte d’Ivoire.


Pour le secrétaire général du Sylec, Dr OULAI Pascal, beaucoup plus précis sur la question, « cette grève est un avertissement pour le gouvernement ivoirien » assène t-il, en dénonçant la faiblesse de la prime de recherche trimestrielle à leur allouer qui est fortement en deçà de celle des secrétaires de la fonction publique, 625.000 FCFA contre 900.000 FCFA.
En réalité, cette énième grève dans le supérieur, dénote de l’absence de volonté du gouvernement à sauver l’école ivoirienne qui court à vau-l’eau. Alors que l’école reste le creuset du développement humain et de la socialisation primaire de toute personne, de plus, l’école sert à former des êtres libres et responsables comme le souligne si bien Eric SAPHY dans son fascicule ‘’ la Check List de l’Elève, Conseils pour  aider les élèves à mieux apprendre à l’école’’.


La formation des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire déjà jugée au rabais et non compétitive à l’échelle internationale trouve particulièrement sa carence dans ces nombreuses grèves des élèves et enseignants qui concernent l’amélioration des conditions de travail des élèves et enseignants ainsi que de l’amélioration du traitement salarial des maîtres.
En outre, l’absence de programmes scolaires et académiques, ainsi que des techniques propres à la Côte d’Ivoire pour assurer la formation scolaire et académique de ses apprenants. En claire, la Côte d’Ivoire à l’instar de plusieurs pays africains souffre de sa dépendance aux programmes et méthodes d’enseignement à lui imposer par des pays occidentaux tels que le Canada et la France.


Sous la république des solutions, l’école ivoirienne et l’avenir de milliers de jeunes ivoiriens souffrent de la morgue des tenants actuels du pouvoir qui baignent dans le dilatoire et n’entendent pas apporter de remèdes constructifs dans une dynamique inclusive avec tous les acteurs du système éducatif ivoirien aux revendications des enseignants du primaire et du secondaire en grève depuis le 13 mai dernier ainsi qu’à celles des enseignants chercheurs de Côte d’Ivoire .


Certes, le spectre d’une année blanche semble s’éloigner mais, les grèves dans le primaire et le secondaire ainsi que dans le supérieur n’entacheront-elles pas le bon déroulement des examens de fin d’année annoncés d’ici peu ?

Adingra OSSEI
IVOIROIS.COM

Share

About Author

(0) Readers Comments

Comments are closed.