À LA UNE ACTUALITÉ POLITIQUE — 07 mars 2015

Le FPI retrouve désormais son statut de parti dans l’opposition, et non de parti d’accompagnement du pouvoir.

Dr Alphonse DOUATI, Secrétaire Général, Porte Parole du FPI.

Voici ce qui a fait déborder la coupe:  » Vous avez été témoins, Mesdames et Messieurs de la presse, de notre marche méthodique et lente qui nous a amenés ces derniers temps, à travers le Comité de Contrôle, à demander la tenue d’une session du Comité Central extraordinaire. Après une attente injustifiée de 2 mois, le président du Parti, dans sa posture de Président du Secrétariat Général, a fait droit à cette demande en fixant ledit Comité Central Extraordinaire au 07 mars 2015, avant de faire volte-face et de décider, comme à son accoutumé, de refuser de tenir ledit Comité Central extraordinaire et de lui préférer plutôt un « Comité Central Ordinaire d’information ».

La manœuvre, ici, c’est d’abord d’enlever au Comité Central sa vocation d’organe délibérant et de décision. Mieux, Affi N’Guessan veut éviter que le Comité Central ne statue sur les manquements dont il s’est jusque-là rendu coupable. Pour sa part, comme le Comité de Contrôle, le Comité Central dans sa forme de 2/3 des membres prescrite par nos textes (article 37.2 des Statuts et 16.2 du Règlement intérieur) a fait la même demande, celle de la tenue du Comité central extraordinaire. Mais les pétitionnaires réclamant le Comité central extraordinaire n’ont pas reçu la réponse exigée par les textes ! »

Pour reprendre la lutte là où Affi N’Guessan est venu la perturber, le Comité Central a porté son choix sur le camarade Sangaré Abou DRAMANE, membre fondateur du FPI, qui a aussitôt procédé au réaménagement du Secrétariat Général avec comme Secrétaire Général, le camarade DOUATI Alphonse, votre serviteur.

L’objectif, à court terme, c’est d’organiser le congrès ordinaire attendu depuis plus de 13 ans pour normaliser le fonctionnement du Parti.


 » Je voudrais profiter de cet entretien pour rassurer les militants et sympathisants du FPI, puis l’opinion nationale et internationale, que le FPI retrouve désormais son statut de parti dans l’opposition, et non de parti d’accompagnement du pouvoir.


Le FPI se fixe, comme priorité, la libération du président Laurent Gbagbo et de tous les prisonniers politiques, le retour sécurisé des exilés, la reconstitution de l’Etat de droit et la reconquête du pouvoir d’Etat. « Alphonse Douati

Dr Alphonse DOUATI, Secrétaire Général, Porte Parole du FPI

Lors de la conférence de presse du vendredi 06 mars 2015

ivoirois.com

Share

About Author

(0) Readers Comments

Comments are closed.