À LA UNE POLITIQUE SOCIÉTÉ — 09 août 2019

Les ivoiriens ont célébré pour certains avec faste et d’autres avec désintérêt le 59ème anniversaire de l’indépendance de leur jeune nation ce mercredi 7 Août 2019.

Dans tous les célèbres points chauds que compte le district d’Abidjan, les ivoiriens ont envahi buvettes et bars pour exprimer leur reconnaissance aux pères fondateurs de la république ivoirienne ou tout simplement profité de ce jour spécial pour visiter des proches en partageant des mets typiquement du terroir.

La Côte d’Ivoire indépendante depuis le 7 Août 1960 grâce à la sagacité politique de Félix Houphouët BOIGNY et de ses compagnons du PDCI-RDA est fortement marquée par des dissensions entre ses filles et fils. En fait, le schisme entre les ivoiriens est né depuis l’intrusion de certains métèques dans la vie publique ivoirienne et depuis, la Côte d’Ivoire est en quête de ses repères afin de reconstituer son tissu social et amorcer un développement économique inclusif.

En effet, si les ivoiriens dans leur ensemble ont royalement boudé le défilé militaire qui s’est tenu en présence de toute la république, il n’en demeure pas moins pour les esprits retors qui continuent d’accorder du crédit au régime d’Abidjan.

La Côte d’Ivoire, âgée de 59 ans continue donc sa marche comme toute grande nation mais à la différence que celle-ci souffre de la négation de la démocratie et de la réconciliation nationale, et pourtant le chef de l’Etat Alassane OUATTARA soutient mordicus que la Côte d’Ivoire se porte très bien avec une embellie économique incomparable en Afrique.

Par ailleurs, le bilan de 8 ans de gestion des affaires de la république ivoirienne, tel que présenté par le chef de l’Etat le mardi 6 Août sur les antennes de la radiodiffusion télévision ivoirienne est la thèse subjective d’un souverain encore dans les nuages là où la voix du peuple crie « famine ». La réaction immédiate de l’opposition ivoirienne, plus précisément de Affoussiata Bamba Lamine est sans commentaire « C’est un discours creux, sans substance. Encore des promesses, toujours des promesses sans réalisation de celles d’avant. Demander aux ivoiriens de lui écrire pour signaler le manque d’eau potable ou d’école dans leurs localités est une moquerie et un mépris du rôle des maires(…) Le président de la République a du mal avec la vérité, c’est à se demander s’il ne faudrait pas créer pour lui un prix Nobel.»

A quand la fin de la démesure en Côte d’Ivoire ?

Adingra OSSEI                                                    

Share

About Author

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *