À LA UNE ACTUALITÉ POLITIQUE — 28 janvier 2016

 

Une conférence de presse à l’occasion de l’ouverture du procès dans l’affaire Le Procureur c. Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé était tenue le mercredi 27 janvier 2016, à 16h00 (heure locale de La Haye), dans la salle des conférences de presse au siège de la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye (Pays-Bas).

Des déclarations ont été faites par le Procureur de la CPI, Fatou Bensouda, le Conseil de la Défense de M. Gbagbo, Emmanuel Altit, le Conseil de la Défense de M. Blé Goudé, Geert-Jan Alexander Knoops, et la Représentante légale des victimes dans cette affaire, Paolina Massidda, avec la possibilité de questions et réponses.

« Nous avons déjà montré dans le passé les faiblesses, les contradictions, les impossibilités et les incohérences qui truffent la thèse de l’accusation. Le dossier est bancal car il n’est que la reprise d’une tentative de légitimation de la prise de pouvoir, par la force, d’Alassane Ouattara : un narratif de nature politique. Il n’y a rien dans le dossier du procureur sur un lien hiérarchique entre le président Gbagbo et les crimes qui ont été commis, sur le fait qu’il aurait placé des affiliés à des postes stratégiques. On va démontrer pendant le procès qu’il s’agit d’une hypothèse complètement farfelue. Ça ne tient pas une seconde. Quant aux preuves, on attend d’un procureur de la CPI qu’il mène son enquête de manière tout à fait indépendante, des vainqueurs comme des vaincus. C’est le seul moyen de trouver la vérité. Laurent Gbagbo a participé à l’élaboration de sa défense et il est très confiant et souhaiterait que ce procès fasse éclater la vérité. » a déclaré Me ALTIT.

 

 

Share

About Author

(0) Readers Comments

Comments are closed.