À LA UNE ACTUALITÉ POLITIQUE — 10 octobre 2018
Le scandale autour des faux membres de Transparency International n’a pas fini de livrer ses mystères.
Le point commun entre ces différents faussaires, c’est Israël. Ils sont tous de  nationalité israélienne : Raphaël Kalfon (Franco-israélien résidant en Israël), Salomon Benros (Franco-israélien résidant en France), Amanda Benzikri Levy (Franco-israélienne résidant en France), Nurit Greenger (américano-israélienne vivant aux USA). La CRTV et « Agence Cameroun Presse » n’ont pas donné les véritables nationalités de ces personnes.

 

C’est un scandale au plus haut sommet de l’Etat car ces personnes ont été invitées au Cameroun par les réseaux israéliens de la Présidence de la République. Tout semble montrer que ces personnes sont en réalité une délégation d’ami( e)s  du patron du BIR  (Bataillon d’intervention rapide) qui n’est autre que l’ancien général Israélien Mayer Heres. Comme on peut le constater sur les photos ces personnes ont bénéficié durant leur séjour d’une protection rapprochée du BIR et ils ont visité plusieurs camps d’entrainement du BIR.

Comme vous pouvez le voir en images ci-dessus, l’usurpatrice Nurit Greenger a affirmé lors d’un échange avec un proche sur facebook, avoir été invité au Cameroun parce qu’elle connait les personnes qui sélectionnent les « observateurs », ce qui prouve qu’elle n’est pas neutre et a été invitée par des ami ( e )s pour faire du tourisme au Cameroun puisqu’elle n’a jamais été observatrice d’élection de sa vie.

La garde rapprochée de Paul Biya est composée d’Israéliens, cela revient à dire que cette affaire a été fomentée depuis la présidence de la République. Ci-dessous en image un extrait du livre « Nos chers espions en Afrique » des journalistes Antoine Glaser et Thomas Hofnung qui raconte l’influence d’Israël sur Paul Biya.

Nos chers espions en Afrique
«  Nos chers espions  » sont de retour en Afrique  ! Partout à la manœuvre, dans le désert avec les Touaregs comme dans les bureaux officiels des capitales, ils orientent discrètement la nouvelle politique africaine qu’entend mener la France.
Mais dans l’Afrique mondialisée du xxie siècle, nos agents secrets ne sont plus à la fête  : Israéliens, Chinois ou Russes leur livrent une féroce concurrence auprès de présidents africains à bout de souffle, avides de renseignements stratégiques pour se maintenir au pouvoir.
Antoine Glaser et Thomas Hofnung révèlent ici les échanges étonnants entre dirigeants africains et agents français, font parler des ex-espions passés dans le privé –  plutôt silencieux d’habitude  – et expliquent comment les guerres entre services parisiens ont parfois de terribles conséquences sur le terrain.
Sur un continent très convoité pour ses matières premières et son potentiel humain, nos «  chers espions  » défendent ce qui reste des intérêts tricolores. Toujours dans l’ombre, ils tentent de garder la main sur notre ancien pré carré africain dans lequel le dossier le plus anodin est souvent classé «  confidentiel défense  ».
 
Antoine Glaser est journaliste et spécialiste de l’Afrique.
Thomas Hofnung est journaliste à The Conversation-France. ».

Le gros mystère dans cette histoire, c’est la fameuse agence fictive dénommée « Agence Cameroun Presse » inconnue de au bataillon des médias et agences de presse, qui a été créée deux mois avant les élections, pour donner un crédit à l’élection au Cameroun et donner des résultats favorables à Paul Biya.
 
Face au tollé général causé par  les révélations sur les « faux membres de transparency international », l’ « Agence Cameroun Presse » a :
– Enlevé de son site les articles qu’elle a publiés et qui annonçait Paul Biya vainqueur des élections (cela demeure accessible sur le cache voir image)
– Enlevé de son site les photos et articles des « faux membres de transparency international » en compagnie du BIR dans ses différents camps

Il faudrait que le gouvernement camerounais nous dise qui est « Agence Cameroun Presse » et qui se cache derrière cette fameuse agence proche de l’armée camerounaise qui  relaie toutes ses informations sur Twitter notamment,  celle qui donnait Paul Biya vainqueur.

Détails à suivre.

Cameroonvoice

Share

About Author

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *