À LA UNE ACTUALITÉ POLITIQUE — 08 décembre 2015

 

 

Le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro, n’est plus visé par un mandat d’amener en France, bénéficiant d’une immunité diplomatique lors de son séjour, ont assuré mardi ses avocats dans un communiqué.

« Les documents attestant du caractère officiel de la présence (de M. Soro, ndlr) sur le territoire français à l’occasion de la COP21 » ont été fournis à la juge d’instruction qui avait délivré le mandat lundi, ont indiqué Jean-Paul Benoit, Jean-Pierre Mignard et Pierre-Emmanuel Blard, avocats de Guillaume Soro.

La juge a reconnu qu' »il bénéficiait du statut diplomatique et de l’immunité » qui l’accompagne, ajoutent-ils. Leur client n’est donc plus visé, selon eux.

La délivrance de ce mandat a suscité une vive protestation des autorités de Côte d’Ivoire qui ont convoqué mardi l’ambassadeur français.

La juge d’instruction parisienne Sabine Khéris cherchait à entendre M. Soro dans le cadre de la plainte déposée en 2012 par Michel Gbagbo, fils de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, pour « enlèvement, séquestration et traitement dégradant et inhumain », selon des sources concordantes. Des policiers s’étaient présentés lundi au domicile français de M. Soro qui était absent. Selon une source judiciaire, la juge a délivré un mandat d’amener parce qu’il n’avait pas répondu à des convocations précédentes.

Les avocats français de M. Soro ont protesté contre cet acte estimant qu’il avait été « délivré en méconnaissance des pratiques et usages diplomatiques admis et reconnus ».

Michel GALY

Share

About Author

(0) Readers Comments

Comments are closed.