Six morts de plus ont été enregistrés dans les violences mercredi et jeudi à Béoumi (Centre ivoirien) entre les populations autochtones (Baoulé) et allogènes (Malinké), portant le bilan des affrontements à 9 tués et 84 blessés, selon le préfet Djedj Mel.

Mercredi, des affrontements ont éclaté à Béoumi entre ces deux communautés, suite à une altercation entre deux chauffeurs Baoulé et Malinké.

Des violences ont également eu lieu jeudi dans cette localité notamment dans le village de N’Zueda, à 500 mètres de la ville, où des maisons ont été incendiées.

Le même jour, un couvre-feu a été instauré de « 18H à 06H00 (GMT) » et le dispositif sécuritaire a été renforcé.

Le bilan de trois morts et 40 blessés annoncé jeudi matin, s’est alourdi à 9 tués et 84 blessés, selon un nouveau bilan du préfet vendredi. Des dégâts matériels ont également été enregistrés.

Le calme est revenu vendredi dans la ville où les forces de l’ordre patrouillaient. Les commerces et écoles sont restés fermés.

Jeudi, le ministre de la Communication et député de la localité Sidi Touré a sollicité l’implication des chefs de communautés Baoulé et Malinké pour ramener le calme, lors d’une réunion.

De son côté, le médiateur de la République Adama Toungara a appelé au « calme » et a décidé de « dépêcher une délégation à Béoumi à l’effet d’écouter et de sensibiliser toutes les parties à la nécessité de la cohabitation pacifique et harmonieuse entre les communautés ».

M. Toungara a aussi annoncé la mise en place « d’une cellule de veille composée des autorités administratives, coutumières et de la société civile pour prévenir la récurrence de ces incidents malheureux », dans une note.

Edwige FIENDE

www.connectionivoirienne.net

CÔTE D’IVOIRE – BEOUMI A FEU ET A SANG

Un violent affrontement a éclaté ce mercredi 15 mai, entre les populations autochtones et allogènes de cette ville située dans le centre de la Côte d’Ivoire, à 60 kilomètres de Bouaké.
Selon nos informations, les échauffourées ont déjà fait un mort et d’importants dégâts.
Les commerces du grand marché et des établissements scolaires ont dû fermer en raison des mouvements des populations qui se sont mués en affrontements inter-communautaires.

Tout serait parti, ce matin, jour de marché de la ville, d’un accrochage entre un chauffeur de taxi-moto et un autre chauffeur de taxi “Picnic’’, tous deux respectivement d’ethnies Baoulé et  »Dioula », au niveau de la pharmacie de la ville.

«L’affrontement a été déclenché par le chauffeur de taxi “Picnic’’ qui, lorsqu’il faisait une manœuvre a heurté la moto du jeune chauffeur. Et la moto s’est abîmée. C’est ainsi que le jeune l’a approché pour lui demander des comptes. Mais le chauffeur de la voiture ne l’entendait pas de cette oreille. Il s’est ensuite suivi une violente altercation entre les deux hommes. C’est en ce moment que le chauffeur de la voiture a sorti une machette de son véhicule et a commencé à taillader littéralement le jeune homme», a rapporté notre correspondant à Béoumi.

Transporté d’urgence à l’hôpital, d’après nos informations, le jeune chauffeur de taxi-moto, a, malheureusement, fini par succomber à ses blessures.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout, personnes qui marchent, plein air et nature

Ayant donc appris le décès du jeune, les populations autochtones dont il est membre, ont décidé de le venger. D’où l’affrontement qui prévaut actuellement ici à Béoumi. Et au moment où nous écrivons ces lignes, malgré l’intervention de la police la situation ne fait qu’empirer. Des véhicules sont en train d’être incendiés et les magasins appartenant aux populations allogènes saccagés.

Que Dieu sauve la paix en Côte d’Ivoire

Info: Armando Le Grand via Radio Pdci Rda
#Rezopanacom

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes qui marchent, personnes debout, plein air et nature

DECLARATION DE EDS SUR
LES EVENEMENTS DE BEOUMI

Le mercredi 15 mais 2019, une violente altercation a éclaté entre les populations autochtone et allogène de Béoumi. Le bilan de ces affrontements fait état de trois (03) morts, d’importants dégâts matériels, de plusieurs personnes blessées par balle, par incendie et à l’arme blanche. Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS) s’incline devant la mémoire des personnes décédées, exprime sa compassion aux familles éplorées, souhaite un prompt rétablissement aux nombreux blessés et apporte son réconfort aux familles victimes des nombreux dégâts matériels.
EDS condamne, avec force, ces affrontements communautaires et s’inquiète de la récurrence de ces événements qui sont de nature à entamer gravement le tissu social déjà fragilisé par plus d’une décennie de crise politico militaire.
EDS en appelle au calme, à la sérénité et invite toutes les parties concernées, les autorités administratives et traditionnelles locales à créer les conditions d’un dialogue intercommunautaire pour garantir la paix dans cette localité où la cohabitation pacifique des populations doit être privilégiée.
EDS en appelle à la responsabilité du gouvernement à qui il incombe le devoir de créer, enfin, les conditions d’une réconciliation vraie et sincère entre les fils et les filles de ce pays qui a besoin de paix, gage d’un développement durable.

Fait à Abidjan, le 16 mai 2019
Pour EDS,
Le Président
Pr Georges-Armand OUEGNIN

ivoirois.com

Share

About Author

(0) Readers Comments

Comments are closed.