Après une tournée de près de 50 jours dans le nord du pays, Guillaume SORO, ex-président de l’assemblée nationale de Côte d’Ivoire a annoncé depuis Katiola, au cours d’un meeting de clôture, la prochaine étape de ses tournées dans l’ouest de la Côte d’Ivoire afin de demander pardon aux populations profondément dévastées par la guerre.

Bild könnte enthalten: 1 Person, Text



L’ancien chef rebelle et patron du MPCI (Mouvement Patriotique de Côte d’Ivoire) est depuis la création du Comité Politique dont il est le président dans une dynamique de conquête du pouvoir d’Etat pour, selon lui, l’exercer aux fins de mettre fin à la misère du peuple de Côte d’Ivoire et mettre fin aux inégalités sociales qui sapent le principe de la bonne gouvernance.



En effet, Guillaume SORO depuis le Hambol n’a cessé de tirer à boulets rouges sur ses ex-camarades de la rébellion qui ont décidé de le détruire politiquement, à maintes occasions, il a critiqué la mauvaise gouvernance du régime d’Abidjan en profitant pour expliquer son engagement aux côtés d’Alassane OUATTARA et dans la rébellion contre le pouvoir du président Laurent GBAGBO. Un engagement qui en réalité visait à défendre les populations du nord qui seraient victimes d’exclusion dans la vie politique et sociale de la Côte d’Ivoire, un engagement somme toute, tribaliste.

Dans le Hambol, SORO Guillaume s’est attelé à déconstruire les mensonges du régime d’Abidjan quant à la bonne tenue des mesures publiques de la bonne gouvernance, de l’effectivité de l’émergence et de la démocratie en Côte d’Ivoire.

Bild könnte enthalten: eine oder mehrere Personen und Text



S’estimant homme de gauche l’ex président de l’assemblée nationale qui s’est débarrassé du tabouret gênant à lui confié par le RHDP, Guillaume SORO s’est évertué à partager les souffrances et les réalités existentielles des populations du Hambol qui en réalité vivotent et souffrent de la pauvreté grandissante qui ruine leur espoir placé en Alassane Ouattara.

Par ailleurs, rappelant qu’il a été le principal artisan de l’accession du RDR au pouvoir avec Alassane Ouattara, le jeune chef rebelle a regretté que les valeurs cardinales de la démocratie auxquelles il reste attaché sont bafouées sous son mentor qui a pendant longtemps vécu et travaillé dans des pays qui cultivent au quotidien la démocratie et la bonne gouvernance.

En somme SORO, depuis son retrait des entrailles du RHDP a décidé d’ouvrir les yeux de ses parents en leur apportant la bonne nouvelle de la nécessité du pardon et de la réconciliation mais aussi de ne plus espérer en des lendemains heureux avec ce régime qui a trahi la confiance des fils de la rébellion.
Toutefois, avec le comité politique qui lui sert d’outil de combat sur le terrain politique, SORO Guillaume se dresse frontalement contre ses ex-camarades rebelles qui pillent honteusement les déniers publics, bafouent à souhait les valeurs de la démocratie, font la promotion du parti unique, de la pensée unique et dégomment des postes de l’administration tous ceux qui ne sont pas membres du RHDP.


Des proches de SORO ont été éjectés de leurs postes et sont traqués dans l’administration, les positionnant du coup comme de farouches opposants au régime de Ouattara, comme s’il a fallu qu’une telle désunion entre SORO et Ouattara advienne pour subitement se soucier de la bonne gouvernance, de la démocratie, de la liberté publique, de la réconciliation nationale et de la méchanceté du pouvoir en place depuis 2010.

SORO Guillaume est redescendu sur terre pour devenir, soi-disant, homme de gauche soucieux de l’égalité, de la justice sociale et distributive et du citoyen. Mais, son image gravée dans la mémoire des ivoiriens en sa qualité de chef de la rébellion qui a dévasté des familles entières et ruiné la vie de milliers d’ivoiriens ne peut luire l’espérance. La mémoire collective traumatisée par la rébellion de Guillaume SORO de 2002 à 2011 reste distante sur les déclarations de regret et de pardon de celui-ci qui s’annonce à l’ouest du pays pour demander solennellement pardon aux populations de cette partie du pays qui ont perdu atrocement des milliers de proches et leurs plantations en raison des ambitions démesurées et irrationnelles de Guillaume SORO et ses camarades.

Le président du comité politique plus qu’ambitieux à devenir président de la république a multiplié des actions sociales dans le Hambol (construction de mosquée, écoles et forages) et des propos fustigeant l’ingratitude de certains cadres du RDR qui jouissent honteusement du fruit de son sale boulot dans la conquête du pouvoir d’Abidjan.

  Depuis Katiola, SORO s’annonce à l’ouest de la Côte d’Ivoire pour un discours politique différent de celui adressé au nord de la Côte d’Ivoire qui semble désabuser et embêter le régime de OUATTARA qui essaye difficilement d’effacer le passage de SORO par des missions gouvernementales officieuses.


Toutefois, les entreprises et les offres politiques de l’ex-leader du MPCI (Mouvement Politique de Côte d’Ivoire) pourront-elles soigner son image de bourreau des ivoiriens et fragiliser davantage Alassane OUATTARA bercé par l’illusion d’une chimérique émergence ?  

Adingra OSSEI

ivoirois.com

Bild könnte enthalten: Text


Bild könnte enthalten: Text
Bild könnte enthalten: Text
Bild könnte enthalten: Text

Share

About Author

(0) Readers Comments

Comments are closed.