Situation socio-politique:

La nouvelle plate-forme de la société civile (ACI) propose un cadre de concertation entre les forces vives du pays.

Le samedi 11 Mai 2019 s’est déroulée à la Mairie de Port-bouet, la cérémonie officielle de présentation de la nouvelle plate-forme de la société civile ivoirienne dénommée ACI, Alternative Citoyenne Ivoirienne. C’est aux environs de 16h que la cérémonie a débuté avec une prestation d’artistes. Y étaient représentés les leaders syndicaux et les partis politiques, notamment ceux de l’opposition.

Le conférencier du jour, le professeur Amoa Urbain, émérite homme de culture, a dans sa conférence, passé au scanner la situation socio-politique en Côte d’Ivoire, en dénonçant la destruction des acquis démocratiques perpétrée par le régime en place, non sans indiquer que l’insécurité a atteint un niveau jamais égalé dans ce pays, avec le phénomène des « microbes ou enfants en conflit avec la loi ». « Le gouvernail du navire « ivoire » semble lâché, et il nous faut éviter de le laisser chavirer » ; a soutenu le conférencier du jour.

Daniel Boni Clavery, présidente du parti politique d’opposition URD a pour sa part appelé les autorités actuelles à se pencher sur la refonte de la CEI et sur le strict respect des lois électorales, gage de paix et d’unité nationale. «L’insécurité va grandissant, et ce n’est pas le discours officiel qui veut nous faire croire qu’Abidjan est aussi sécurisé que Genève qui pourra nous faire changer d’avis. Les microbes, ces enfants instrumentalisés en conflit avec la loi ne craignent plus l’uniforme et sont prêts à en découdre avec les forces armées qui ont à gérer leurs propres contradictions internes » ; a-t’elle affirmé, entre autres.

Mme Pulchérie Edith Gbalet
Présidente ACI

Dans son intervention qui a clôturé ladite cérémonie, la présidente de l’ACI, le nouveau groupement des organisations de la société civile, Madame Pulcherie Edith Gbalet a, comme toujours, et avec la verve qu’on lui connaît, passé au peigne fin la déliquescence socio-politique qui sévit depuis l’avènement des gouvernants actuels. Elle a affirmé que l’ACI propose un cadre de concertation entre les forces vives du pays. D’où le lancement d’une pétition sur internet, en vue de jauger l’opinion du peuple qui est sensé être le véritable décideur et non celui qui subit les décisions des gouvernants.

La société civile n’a pas seulement procédé au lancement de sa plate forme, le samedi; elle a aussi manifesté sa reconnaissance à l’égard de jeunes Ivoiriens pour leur engagement citoyen. Ce sont Diane Douaye, Attoungbré et De Laure Nesmon qui ont reçu des prix.

La cérémonie a pris fin à 19h.

Olivier Gbadié

journaliste.

Share

About Author

(0) Readers Comments

Comments are closed.